New York state of mind

« New York est la ville où on se sent chez soi quand on vient de nulle part » Melissa Bank.

IMG_6233

Un peu plus de 2 semaines que j’étais à New-York, mais déjà tellement envie d’y retourner. Marcher au milieu de la foule à Times Square, se balader dans Central Park, monter en haut du Rockefeller Center, admirer l’Empire State Building, apprécier les couchers de soleil le long de l’Hudson River, traverser le Brooklyn Bridge, et j’en passe…

Simplement en se baladant dans les rues (à une petite moyenne de plus de 20 kilomètres par jour), on pouvait sentir toute l’atmosphère de New York, qui est comme une ville avec différentes petites ville à l’intérieur, chacune avec son identité, son ambiance et ses lumières.

IMG_2821

IMG_6058

Visiter New York, c’était depuis toute petite, un rêve pour moi. Je mourrais d’envie de parcourir cette ville, qu’on voyait partout dans les films, les séries (XOXO Gossip Girl), dans les livres.. Et je n’ai pas été déçue : c’était vraiment différent de ce à quoi je m’attendais mais dans le bon sens. Je m’attendais vraiment à une ville qui bouge énormément, des voitures et du monde partout, des lumières et du bruit, mais New York ne se résume pas qu’à ça. En faite, c’est ce que j’ai le moins aimé à New York : Times Square et ses milliers de passants qui se bousculent, les feu rouges et le bruit à tous les coins de rues, ce n’était pas vraiment ma tasse de thé.

thumb_IMG_1678_1024

New-York c’est bien plus qu’une simple ville qui bouge, c’est une ville avec différentes atmosphères où chacun peut se sentir bien, c’est pour ça que j’ai bien aimé cette citation de Melissa Bank. Entre Wall Street, le quartier de la bourse, assez silencieux et sérieux, et Chinatown où les stands de poisson (crabes et seafood de toute sortes exposés produisant une délicate et délicieuse odeur) côtoyaient les petits magasins où tout était écrit en chinois, en passant par Soho, le quartier « hype » et « hipster« , qui regorge de magasins de créateurs, d’adresses tendance et de restaurants « vegan » et « organic », on se croirait dans un petit monde différent à chaque fois qu’on change de quartier.

IMG_2817

IMG_5978

Ce que j’ai vraiment aimé à New York, c’est vraiment les petits quartiers comme Greenwich Village, Chelsea, Soho ou Brooklyn, où on se sent pas absorbé et fatigué par la foule et le monde qui se presse, mais où se sent comme chez soi avec des rues à taille humaine (en faite, je me sentais vraiment en France avec le nombre de français qu’on a croisé, c’était dingue, mais je ferme la parenthèse). Ce que j’ai vraiment apprécié : le High Line à Chelsea est vraiment un endroit à voir. Cette ancienne rail de métro qui surplombe le quartier de Chelsea, a été reconvertie en long chemin, avec des bancs, des petits bars où se poser, des sortes « d’amphithéâtres » avec un vitre à travers laquelle on pouvait voir les routes », et des arbres et de la végétation partout : on se sent vraiment apaisé, on peut profiter du soleil, du temps libre, dans le calme tout en ayant vue sur les buildings mais loin de l’agitation de « Midtown », le centre de la ville.

IMG_6266

IMG_6058

J’ai aussi adoré Soho : sorte de quartier branché, on peut voir des maisons typiques (en brique avec les escaliers de secours), reconverties en galerie d’art, ou en magasin de petit créateur, en showroom ou en bar branché.

IMG_2832

Monter en haut du Rockefeller center : amazing. On y était le matin, pour éviter la queue et pour apprécier la vue de jour sur Central Park et l’Empire State Building, et c’était vraiment incroyable. On peut voir tout New York du haut du « Top of the Rock« , et la vue se passe de commentaires. C’est vraiment quelque chose à faire, je ne suis pas montée sur l’Empire State Building, mais j’ai entendu que le Top of the Rock serait même mieux, parce qu’on avoir une vue sur l’Empire State Building, chose non possible si on monte sur ce dernier.

Le quartier de Brooklyn a aussi été un de mes préférés. Après avoir traversé les 2 kilomètres du Brooklyn Bridge (et slalomé parmi la horde de touriste qui marche sur ce point), on peut profiter tranquillement en se baladant le long des quais, au bord de l’eau, et admirer la vue magnifique sur Manhattan. Le coucher de soleil est vraiment magique vu de Brooklyn !

thumb_IMG_1166_1024

thumb_IMG_1464_1024

Je dois oublier plein de choses, mais je pense que je réécrirais un article à New York quand j’aurais plus le temps (Midterms oblige, les examen de mi-semestre, il faut que je travaille malheureusement, ce n’est pas tout de voyager), et aussi sur Philadelphie (entre temps j’ai passé une journée à Philadelphie.

Pour résumer : New York is always a good idea. Rien de mieux que se balader à travers les rues, ressentir l’atmosphère des quartiers. Boire un Starbucks, manger un pancake avec du maple sirup (au Fiat Café, so good), et passer la journée à découvrir cette ville magnifique, en prenant le ferry pour voir la statue de la Liberté, en traversant le Manhattan Bridge pour avoir une vue sur le Brooklyn Bridge, ou tout simplement en se promenant dans central Park.

IMG_6358

New York : j’ai hâte de te revoir. Moins de deux mois et j’y retourne avec les plus bgs des bgs, pour fêter la nouvelle année au au sommet de l’Empire State Building. So hype.

Cheers,

Zoé

Critique gastronomique de la nourriture aux Etats-Unis

IMG_2431Voilà déjà un peu plus d’un mois que j’ai posé mes pieds de l’autre côté de l’Atlantique, le temps passe tellement vite ! La routine commence à s’installer, entre les cours, le boulot, l’automne qui arrive avec la pluie et le froid (et le hurricane Joachim accessoirement), les conversations sur les différences entre l’accent canadien et l’accent français avec mes roommates le soir..
 .
Une des plus grosses différences dans la vie de tous les jours, c’est la nourriture. Les Américains sont dingues avec ça, ce n’est pas un cliché ! Tout ce qui est servi est immense, comme si une simple portion ne suffisait pas. Par exemple, j’ai appris qu’il ne fallait jamais choisir la taille “medium” pour une glace ou une boisson, parce que medium équivaut à “énorme”.
 .
IMG_2427
 .
Au supermarché, c’est pareil : pour acheter la sauce tomate, on ne peut pas prendre de simple pots, non non, tout est mis sous forme d’immenses boîtes, qui peuvent durer des mois (voir des années) pour une personne seule. Pareil pour les yaourts, le lait, les boissons, les bouteilles peuvent être carrément comparées à des grands barils de pétrole (sans exagération aucune). Ce qui est bizarre aussi, c’est les dates de péremption : du jambon qui est bon jusqu’en novembre ou du fromage jusqu’en janvier (apparement ce n’est sûrement pas que du fromage), ça ne rassure pas trop sur la composition du produit. Mis à part ça, il y a des rayons entiers consacrés aux Oréos (de toutes les sortes, même à la citrouille), aux M&M’s (au “pretzel”, au peanut butter <3, ou encore au cheesecake), des tonnes de peanut butter, et tellement de sortes de céréales et de barres de céréales, je passe des heures à me décider tellement il y a le choix !
 .
IMG_2527IMG_2509
 .
 .
IMG_2506Au restaurant, ou quand on veut prendre quelque chose à manger, c’est pratique : ce qu’ils appellent “un” repas, suffit en réalité pour deux repas tellement les portions sont grandes (c’est autant d’économies de réalisées). Après, souvent, même si ce n’est pas mentionné sur le menu, des chips sont servis avec, et l’eau est apportée par un serveur, qui vous remplit le verre sans vous laisser le temps de finir. Pour illustrer leur vision des choses, un soir on est allé manger dans un restaurant rapide et j’avais pas très faim, je me suis tournée sur ce qui était décrit comme un “healthy choice” (choix sain pour les non anglophones) sur la carte : résultat, burger avec un immense steak de dinde, et des chips. Très sain, en effet. Une autre fois, quand on était au Six Flags (chaine de parc d’attraction super reconnue aux US), entre les attractions Batman qui font faire des grands huit couchés et la “Frightfest” avec ses zombies et clown qui déambulaient partout dans le parc pour inaugurer le début de la saison d’Halloween, on s’est arrêté prendre un repas compris dans le ticket, c’est à dire une part de pizza plus un accompagnement. Au final, foodista que je suis, je me suis retrouvée avec une immense part de pizza, qui pouvait faire facilement un repas, et une immense barquette de frite (pas la portion du MacDo, non, le double voir le triple), qui pouvait aussi être un repas à elle toute seule. Immense, c’est décidément le mot.
 .
 .
IMG_2562
Attraction Batman au Six Flags, montagne russe dans laquelle on est couché. Sensations garanties !
 .
IMG_2543Ce qui change aussi, c’est qu’ici on à l’impression qu’il n’y a pas vraiment d’heure pour les repas. Les gens mangent quand ils ont faim, et ne s’embarrassent pas si ce n’est pas l’heure d’un repas, et peuvent manger un burger à 2 heures, un sandwich à 5 heures, ou n’importe quoi à n’importe quelle heure. Ca change vraiment de chez nous, où on a une heure fixe pour chaque repas : ici c’est juste, manger n’importe quand voir tout le temps !
En plus de manger n’importe quand, c’est comme si personne ne cuisinait : je n’ai jamais vu autant de gens prendre à manger à emporter. Il y a partout des restaurants rapides où on peut prendre à manger “take away”. On peut tout le temps voir des gens se balader avec des sandwich, des wraps, des salades (oui les salades existent quand même, mais sont plus chères que les burgers), des pitas, ou des petites boites en carton avec leur repas à emporter. C’est très facile ici de ne PAS se cuisiner, parce qu’il y a tellement de possibilités pour manger rapidement et pas cher, et en plus tellement de diversité : entre la cuisine indienne, japonaise, chinoise, les pizzas, les burgers, il y en a pour tout les goûts. Par contre, de mon côté, je ne crois pas avoir les mêmes goûts que les Américains : jeudi, on est allé à une pizzeria que tous les étudiants de Georgetown trouvent “amazing”. Résultat des courses, la pizza est bonne mais la pâte tellement épaisse, et une tonne d’huile dessus : ce n’est pas ce que j’appellerais “amazing” !
 .
 .
Ce qui m’a interpellé aussi c’est qu’en contraste avec toute cette “fast food”, très peu de gens sont en surpoids à Georgetown. Parallèlement au fait que je n’ai jamais vu autant de quantité de nourriture, je n’ai jamais autant vu de gens se préoccuper de leur corps et leur hygiène de vie : tellement de personnes courent, font du sport, vont au “Yates” (la salle de gym de l’université, qui est gratuite pour nous), bref tout le monde est très “fit”. C’est sûrement parce qu’on est dans un quartier riche de la ville, parce quand on bouge un peu dans les autres quartiers, on voit beaucoup plus d’obèse, voir même au point où ils doivent se déplacer en fauteuil roulant, chose que je n’avais jamais vu en France.
 .
 .
Enfin tout ça pour dire que tout, absolument tout est immense, et qu’il y’en a pour tout les goûts et dégoûts ! Enfin, il n’y a pas que du négatif, la nourriture peut être très très bonne, et on trouve une diversité de repas qu’il n’y a pas en France. Mais bon, le vrai bon pain, le fromage et le chocolat Milka me manquent vraiment, vraiment.
 .
 .
Quelques photos de paysages sous les nuages en guise de dessert..
IMG_2525
IMG_2540
IMG_2523
Cheers,
Zoe (je ne met plus d’accent, inutile, les Américains n’en mettent pas, ils ne connaissent pas ça)

La rentrée sur un campus américain

Me voilà de retour pour vous raconter mes aventures. En quelques jours, il s’est passé plein de choses.

IMG_2408

Le plus important, et je vais commencer par ca, j’ai eu ma rentrée. Premiers cours en anglais, dans des salles inconnues avec des professeurs inconnus. Mon tout premier cours était Economic Statistics : le professeur était cool et je comprenais ce qu’il disait (ouf). La relation prof-élève n’est pas du tout comme en France : on peut être proche du professeur, lui envoyer des e-mails à n’importe quel heure et il répondra souvent en moins d’une heure, voir dans la minute, venir le voir à la fin du cours, il sera toujours disponible pour ses étudiants, le professeur est plus proche de son élève. Une autre chose qui change c’est la répartition cours/travail à la maison : très peu d’heures de cours mais beaucoup de « lectures » à faire de se côté, lire des chapitres entiers pour se préparer aux cours. Voilà ce qui m’attends les prochaines semaines..

IMG_2406 IMG_2400

Sinon à part cette rentrée, on a fait d’autres choses (il n’y a pas que les cours dans la vie). On était à la salle de gym : immense, rien à voir avec celles de France. Des terrains de basket, une salle de muscu immense, des salles de golf et meme une piscine ! On était aussi à Target avec mes roommates pour acheter des choses pour notre chambre. Target est un magasin dans lequel on trouve tout pour la maison mais ils vendent aussi de la nourriture comme un supermarché (bizarre). On a passé l’après-midi à galérer à tout trouver, parce que les supermarchés aux US semblent comme de vrais labyrinthes avec leurs rayons à moitié remplis de Oréos de toute sorte, leurs choix infinis de céréales ou leurs immenses bouteilles de lait (tout est immense aux Etats-Unis).

A part ça, on a fait plusieurs « parties ». En effet, même si je n’ai pas 21 ans et donc techniquement pas le droit le boire, ici dans les soirées privées tout le monde boit, limite d’âge ou pas. Beaucoup de personnes (pour ne pas dire tout le monde) ont une fausse carte d’identité, plus ou moins réaliste. Du coup, plusieurs fêtes ont été organisées par les ambassadeurs (les étudiants de Georgetown qui s’occupent de notre intégration), dont celle de vendredi où un des leurs fêtait ses 21 ans sur le rooftop d’un bâtiment du campus. C’était magnifique on se serait cru dans un film : les buildings illuminés en arrière plan, la musique, le paysage etc.. Bref, c’était top. Un peu moins quand la police a décidé de se joindre à la party à minuit : résultat la fête était finie à minuit. Ce qui me surprend, c’est la vitesse à laquelle boivent les américains, on voit vraiment que c’est boire pour boire, alors que chez nous on prend plus notre temps, on boit, on discute.

              IMG_2428 11703428_1189959701021045_4947080627820671452_o11992254_10205869928282195_43676638_n

Dimanche avait lieu la rencontre des clubs de Georgetown. Ils étaient tous présents sur l’allée principale de l’université, et ils sont tellemeeent nombreux ! Entre le club de yoga, le club d’échec, les différentes chorales, le club français, les fraternités.. Tellement de choix que je me suis inscrite dans une vingtaine de clubs, même ceux auxquels j’aurai jamais pensé (le club des juifs, même si je suis pas juive le gars a insisté pour que je m’inscrive à cause de la free food). Différentes réunions sont organisées cette semaine et je vais en profiter pour faire un peu le tri, mais je pense déjà rester dans des associations comme « Women in Leadership« , une association plus professionnelle pour les femmes, le club de français ou encore les Georgetown Gastronomes. Une semaine chargées s’annonce donc !

IMG_2424

Pour finir, j’ai fais tellement de rencontres depuis la semaine dernière, cette année s’annonce vraiment enrichissante. J’ai mangé avec Sydney, du club des Georgetown Gastronomes, qui vient des Etats-Unis. Au delà du fait qu’il m’a expliqué le fonctionnement du club, on a parlé des différences entre nos pays. Il était très surpris qu’en France on ne paye pas ou peu pour l’université : lui m’a dit qu’il a du s’endetter et que, par exemple, son père est encore en train de rembourser les dettes de ses études. J’ai également mangé avec Anthony, chez qui j’avais récupéré des affaires laissées par une amie de Science Po. Il est également très sympa, on a passé une heure à parler voyages, et de tout et de rien, et c’est vraiment intéressant de parler avec des gens qui ont une autre vision du monde. La plupart des gens que j’ai rencontré jusqu’à présent sont vraiment sympa, on sent qu’ils veulent apprendre à vous connaître et partager des moments avec vous.

11997004_10204605103476563_1264077726_n

Voilà, pour résumé j’ai bien profiter de mon week-end de 4 jours : effectivement, je n’ai pas cours le vendredi, et ce lundi c’était le Labor Day, fête du travail aux Etats-Unis, donc j’ai pu commencer l’année avec un long week-end ! On en a profité pour faire du kayak sur le Potomac, se reposer, et faire toutes les activités que je décrite au-dessus.

Et voyage réservé pour New-York : dans 1 mois, je pars pour la Big Apple !

Cheers,

Zoé

Déménagement sur le campus

Amazing : voilà le mot pour décrire les deux derniers jours. C’est samedi, quand j’ai emménagé sur le campus, que l’aventure a vraiment comme11948208_10205811692026325_1101833039_nncé. Après avoir galéré des mètres durant avec mes deux grosses valises pour aller du B&B que nous avions loué jusqu’à l’université, je découvre enfin le « LXR Hall« , la résidence de l’université dans laquelle je vais passer l’année. J’étais tellement contente d’arriver mais première frayeur : à l’accueil, on me dit que ma clé n’arrivera demain ! J’ai donc cru que je ne pouvais pas dormir dans la chambre et je me voyais déjà passer la nuit dehors. Mais ouf, ma roommate était dans la chambre et avait une clé.

J’arrive dans la chambre, et ma première coloc est donc là, avec sa mère qui l’a accompagné depuis le Japon ! Son nom est Yuki et elle m’a semblé tout de suite super sympa. Le temps de ranger mes affaires dans l’armoire, la deuxième coloc, Winnie, arrive. Elle vient d’Edinbourg, mais elle est née à Taiwan et elle aussi semble super sympa. Il y a beaucoup de diversité dans une petite chambre ! La chambre est ok, ça va changer pour moi de partager une même pièce avec deux personnes, mais je suis sûre que tout va bien se passer.

11920524_10205811691626315_1482642889_n

Winnie, Yuki et moi

Après, nous avons mangé tous ensemble, avec les 4 autres personnes de mon école et leurs roommates, et c’était vraiment enrichissant de rencontrer des personnes du monde entier. Un tour sur le campus organisé par des étudiants plus âgés nous a permis de rencontrer tous les étudiants internationaux. Ils viennent de tous les horizons : Australie, Equateur, Brésil… Le soir, il y avait le pep rally : c’est une présentation de tous les clubs et équipes de l’université. L’équipe de baseball, golf, natation, les cheerleaders… J’avais vraiment l’impression d’être dans un film américain !

11951028_10205811712226830_414068537_n

Les cheerleaders au Pep Rally

Le jour d’après, donc aujourd’hui dimanche, la journée était moins amusante : toute la journée on avait des réunions obligatoires pour des choses administratives comme l’assurance santé ou les formalités d’immigration.. En plus, pour comprendre l’anglais, je dois me concentrer plus qu’en francais, donc oui je comprend mais c’est vraiment difficile de se concentrer pendant longtemps. Ce soir, on a beaucoup parlé avec mes roommates, et c’est tellement enrichissant ! On a parlé des différences culturelles entre nos 3 pays, comment était chaque système de santé, le travail, mais aussi les soirées et les boîtes de nuit, et il y a des similarités mais surtout des différences !

11925949_10205811692466336_83566052_n

Donc, ces deux derniers jours étaient vraiment excitants et enrichissants de tous les points de vue, mais aussi très fatiguants. Je n’ai pas l’habitude de parler anglais tout le temps, donc je dois être concentrée, chercher des mots.. Avec certaines personnes je comprend facilement, mais d’autres avec un fort accent, comme les personnes qui viennent de Scottland, je galère beaucoup plus a comprendre ! Donc je dis « yes,yes » mais je comprend pas vraiment, ou je souris en espérant qu’aucune réponse n’était attendue !

Et aussi, une des choses qui revient le plus souvent c’est : pourquoi on ne peut pas boire de l’alcool avant 21 ans ? Dans le monde entier, l’âge légal est 18 ans, les Etats-Unis sont un des seuls pays où ce n’est pas cet âge. J’ai parlé avec un des étudiants qui s’occupent de nous pour les premiers jours, et il me disait que ce n’est pas seulement à cause des valeurs puritaines ou de la prohibition, mais aussi à cause du permis de conduire : aux Etats-Unis, on pensent que les jeunes doivent d’abord apprendre à conduire pour ensuite être responsable avec l’alcool. Il y a aussi le lobby des constructeur d’automobiles qui fait pression pour ne pas avancer cet âge. Mais meme si l’âge légal est 21 ans, les étudiants nous disent que tout le monde fait des fêtes sur le campus et qu’on peut boire quand même. Demain on est invité à une fête donc on verra bien comment est une fête américaine !

Cheers,

Zoé

Première visite de l’université de Georgetown

Après avoir passé une deuxième nuit à Washington en se faisant petit à petit au décalage horaire (on se lève toujours à 6h du mat’ mais l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt), nous voilà parti pour enfin faire un tour sur le campus de Georgetown, et voir où nous allons étudier pendant 1 an.

IMG_5941

A peine arrivés dans le quartier de Georgetown, l’architecture change : le trottoir est en briques rouges, les maisons aussi. Mis a par M Street, qui est la rue de Washington avec des magasins et des bars par dizaines, the place to be pour faire du shopping ou boire un verre, les rues du quartier de Georgetown sont petites et calmes comparé au reste de la ville. Il y a un contraste avec les immenses rues et les immeubles en verre du quartier Downtown, et les rues calmes et étroites avec leurs petites maisons toutes mignonnes, colorées de Georgetown. On remarque aussi que le quartier est plus « aisé » : les voitures de marque se succèdent, et restent immenses même dans ce quartier. En faite, le quartier de Georgetown abrite la population la plus aisée de la ville et c’est notamment pour ça que le métro ne passe pas par cet endroit de la ville, pour ne pas « détériorer » son image (et accessoirement nous faire marcher pendant des heures pour nous déplacer).

IMG_5943

Premiers pas sur le campus. Impressionnant : quand je pense à mon école en France qui tombe presque en ruine (bon ok j’exagère peut être un peu), quand on voit les bâtiments de l’université style école de Poudlard, je crois que j’aurai du mal à revenir étudier en France. C’est tellement beau, on a l’impression de revenir à une autre époque avec cette architecture.

IMG_5946

IMG_5949

On fait un petit tour sur le campus, et je sais pas si vous voyez les campus dans les films américains ? Ce n’est pas un cliché, c’est exactement comme ça, j’avais l’impression d’être à l’intérieur d’un de ces films. Entre le terrain de football américain avec une équipe entrain de s’entraîner dessus, le drapeau américain qui flotte au dessus du terrain, la taille du campus avec un nombre énorme de bâtiments (on peut sortir le gps pour aller d’un bout à l’autre du campus), et le bookstore avec tout sauf des livres, mais des centaines de vêtements pour affirmer son appartenance à Georgetown (pull, débardeur, short de sport sponsorisé par Nike et même k-way et coussin pour chien), on sent bel et bien qu’on est aux Etats-Unis. Bref, on remarque qu’on est aux Etats-Unis, dans une université dans laquelle le sentiment d’appartenance n’a rien à voir avec les universités en France je pense. Après cette première visite expresse du campus pour chercher notre carte étudiante (c’est officiel je suis une étudiante américaine maintenant), j’ai encore plus envie d’y retourner. Prochaine étape : l’emménagement sur le campus et la rencontre avec mes deux colocs avec lesquelles je vais partager une chambre pendant une année.

Cheers,

Zoé

Destination Washington

64001dee367eee13e8c300d8b5b8db31_large

Un petit peu moins de deux mois et c’est déjà le départ.. Aussi bizarre que cela puisse paraître, je m’en rends toujours pas compte ! Le 25 août, je m’envolerai vers les Etats-Unis, et plus précisément Washington, pour une année scolaire, jusqu’en mai de l’année prochaine. C’est donc à mon tour de vous présenter ma destination, mais surtout les raisons de mon départ au plus proche de Mister Obama.

Georgetown_University_-27Les Etats-Unis m’ont toujours attirés. C’était un rêve pour moi (et c’est toujours) que de découvrir ces grandes villes, cette diversité de paysages, l’immensité de ce pays de la taille d’un continent, au moins 17 fois grand comme la France (merci Wikipédia pour tes précieuses informations). Partir aux Etats-Unis semblait donc couler de source pour moi : flâner devant la Maison Blanche, admirer la ville de New-York du sommet de l’Empire State Building, manger des bagels en buvant un frappucino, aller voir un match de baseball dans un stade plein à craquer, vivre sur un campus américain comme dans les films…

Mais pourquoi Washington alors ? Tout d’abord, pour rejoindre mon plus vieil ami, le président Obama et pouvoir profiter des brunch à la Maison Blanche avec lui et Michelle. Plus sérieusement, Washington abrite l’université de Georgetown, une université réputée aux Etats-Unis, qui a quand même formé quelques pointures de la politique, telles que Bill Clinton (dont je vais tenter de suivre les traces).

Mais puisque la 3ème année, ce n’est PAS que du travail et des cours, je vais surtout (voir essentiellement) en profiter pour voyager, voyager et voyager. Rien que d’y penser, j’ai déjà envie d’y être : découvrir Washington en premier lieu (le Capitole, la Maison Blanche, mais aussi son zoo, très réputé), puis Philadelphie, Boston, les chutes du Niagara et SURTOUT New-York. C’est LA ville que j’ai vraiment envie de visiter, une ville dont j’ai tellement entendu parler, à travers les films, les séries, j’ai l’impression qu’il se dégage de cette ville une atmosphère particulière, unique, que j’ai vraiment envie de découvrir.

Washington Monument
Washington Monument

En allant à Washington, je vais donc en profiter pour améliorer mon anglais, et surtout mon accent (qui est loin d’être parfait, les personnes m’ayant entendu parler anglais peuvent témoigner) en suivant des cours divers et variés : du management, de l’économie, mais également des cours de sociologie sur Jay-Z et Beyoncé. J’ai aussi hâte de partir pour découvrir la culture américaine, de laquelle j’ai entendu de mauvais mais surtout de bons côtés : malgré une culture de la bouffe (ce n’est pas un mythe apparement) et des armes assez présentes, les gens sont, à ce que j’ai entendu, plus ouverts que chez nous, souriants et très accueillants.

Je vais suivre Marine et Clara, et donc faire dans l’originalité, en présentant ma petite check-list des objectifs à accomplir pendant mon périple au pays de l’Oncle Sam :

  • améliorer mon anglais et mon accent (c’est une nécessité même). Je sais parler anglais, mais à défaut d’avoir pu réellement le pratiquer, et de l’avoir surtout peaufiné en regardant des séries en VOST ces deux dernières années, j’aimerais vraiment pouvoir revenir en pro de la langue de Shakespeare.
  • tester tous les burgers imaginables (si possible sans prendre 25 kilos).
  • voyager dans tout le Nord-Est des Etats-Unis et faire un road trip dans l’Ouest en mai, pour découvrir la West Coast en allant de Los Angeles à San Francisco sous le soleil et les palmiers.
  • être une hôte parfaite pour accueillir Clara et Véréna à New-York pour Nouvel An : fêter la nouvelle année 2016 à Times Square, quoi de mieux ?
  • m’engager dans des associations étudiantes : le choix est immense à l’université de Georgetown, j’aimerais donc en profiter pour pouvoir m’engager dans quelque chose qui me tient à coeur, tout en rencontrant de nouvelles personnes.

Dernière formalité : rentrer des affaires pour près d’un an, dans une petite valise de 23 kilos. C’est LE défi pour moi, qui en plus aime la mode, avoir la choix pour m’habiller, enfin bref le calvaire pour une fille. Mais j’ai encore un peu le temps pour me préparer psychologiquement à cette épreuve, et comme dirais Obama : YES WE CAN.

washington_4 Zoé.